La messagère de l’au-delà / Mary Hooper. – Paris : Panama, impr. 2008.

412d2qYq7PL__SY344_BO1,204,203,200_

Mary Hooper fait parler les morts, se fait l’interprète des anges de l’histoire. L’auteure nous emmène dans l’Angleterre puritaine du XVIIè où sévit l’injuste justice des partisans de Cromwell. Elle fait entendre la voix d’Anne Green, raconte l’histoire vraie d’une domestique de 14 ans qui a survécu à une pendaison pour infanticide après avoir mis au monde l’enfant mort-né de son maître. Habile romancière, Mary Hooper use de la double narration omnisciente et interne, alterne le présent où les médecins s’apprêtent à disséquer un cadavre qui n’en est pas un et le passé du cadavre relaté par le cadavre lui-même. Morbide à souhait, ne lésinant pas sur les détails réalistes, la morte nous dit tout. Les six péchés de chair avec Maître Geoffrey, les médisances cruelles des domestiques, la tentative d’avortement aux herbes, le placenta expulsé, le petit bébé mort-né, la puanteur dans les prisons de l’époque, la gorge contractée par le nœud de la corde et les convulsions du corps innocent dans les airs. Ce roman à partir de 13 ans ne ménage pas le jeune lecteur qui se retrouve brutalement embarqué dans la sinistre grisaille anglaise de 1650 et les pratiques archaïques d’une société régie par la justice des nobles qui font taire les femmes de chambre après droit de cuissage. Bienvenu dans un monde où avortement et fausse couche riment avec infanticide, où plaisir rime avec péché, où noblesse rime avec pouvoir absolu, ou justice rime avec injustice. Mais le juge de l’au-delà n’a pas dit son dernier mot, il renvoie ses anges de l’innocence à la peau d’opaline, ses jeunes filles sacrifiées dont l’injuste douleur sera connue du monde entier.

Un roman ado sombre mais plein d’espoir, réaliste et honnête, historique mais qui passe tout seul. Un poil moraliste peut-être même si ce n’est pas le péché de chair qu’il faut éviter mais plutôt les beaux-parleurs qui vous promettent la lune (si vous êtes pauvre, surtout débrouillez-vous).

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s