Les deux maisons d’Alice / Christelle Vallat, Martina Peluso. – [Paris] : Auzou, impr. 2015.

41kyKr72SvL

La première page s’ouvre sur une Alice rose pâle toute seule face au grand vide bleu et délavé laissé par son père. Un cœur rouge passion s’est fendu, chacun emportant sa moitié, laissant un immense trou béant pour notre Alice rose. L’amour est une chose fragile qui passe et vole en éclats du jour au lendemain,  restent les enfants au milieu des débris carmins. Mais dans la nature, tout ce qui se casse se répare. Il n’y a plus qu’à raccommoder, recoller les morceaux de cœurs éparpillés et des photos souvenirs déchirées. Le vide doit être comblé et papa doit revenir…

Dans sa deuxième maison, Alice décore sa chambre. Elle recrée son univers affectif, reconstruit son bonheur en double à partir d’un nouveau modèle, soigne son petit cœur blessé, donne du fil à retordre à sa douleur d’enfant et réinvente une vie aux mille nuances violines. Elle tourne les pages pour en ouvrir de nouvelles avec une autre maison, d’autres personnes, d’autres couleurs entre le bleu et le rose. « Le bonheur dans deux maisons, c’est possible ». Il suffit de donner à l’enfant la possibilité de retrouver le fil d’Ariane de sa propre histoire pour tisser la toile de  son avenir, broder le canevas inachevé des sentiments, recoudre un cœur effiloché, revivifier les couleurs délavées de l’amour, reconstituer le cardiopuzzle.

Des illustrations douces et claires aux tons apaisants pour un texte délicat et sensible qui aide l’enfant à traverser sereinement la douleur. Un très bel album sur la séparation et les portes qu’elle ouvre.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s