Une Plage au pôle Nord / Arnaud Dudek. – Paris : Alma, impr. 2014.

CVT_UNE-PLAGE-AU-POLE-NORD_3667

Arnaud Dudek alterne les personnages, les vies, le passé et le présent, le soleil et la neige, le froid et le chaud. Les pôles Nord et Sud se rencontrent, les contraires s’attirent. Qui se ressemble ne s’assemble pas forcément. Les jeunes traînent avec les vieux, les couples avec les célibataires, les juristes avec les ouvriers, les dessinateurs de BD avec les blondasses, les shorts en velours avec les talons pas assortis, les amis avec les ex de leurs amis, les ex avec les ex. Au IIIè millénaire, les hémisphères se connectent. Stat à l’appui : « Entre 1998 et 2013, l’âge moyen des français a pris 2 ans. Entre 2005 et 2030, le nombre de personnes de 60 ans et plus progressera de 56% ». Les vieux font donc bien partie du paysage alors il suffit qu’un appareil photo numérique se perde pour que la rencontre entre Françoise et Jean-Claude sonne juste. Et ça tombe à pic : Françoise, septuagénaire esseulée, a besoin d’explorer l’univers numérique pour ne pas mourir idiote et Jean Claude, jeune divorcé en galère, a besoin de reprendre confiance en lui en testant ses qualités pédagogiques. Autour de ce duo vivotent d’autres personnages un peu fantasques : un vieux couple de magiciens guettés par Alzheimer ; Fanny l’ex-femme de Jean-Claude et leur fille Lily qui parle aux grenouilles… Dudek nous fait naviguer dans les eaux glacées de ces vies solitaires. Les pôles s’attirent et les icebergs fondent comme si la rencontre permettait d’éviter le naufrage. Pour un temps, les déserts arctiques de leurs vies s’illuminent. Les âmes gelées se revivifient dans la danse des antipodes. Grâce à Jean-Claude, Françoise peut chatter avec Mandragore. Pierre Lacaze fantasme sur les seins de Fanny suscitant la jalousie de son meilleur ami Jean-Claude.

Au XXIè siècle, les retraités vont sur Meetic et apprennent des jeunes, les ex se multiplient, les amitiés sont improbables. En ces temps de grand réchauffement planétaire, tout se mélange et s’écoule avec fluidité. L’exquise banquise côtoie la plus sage des plages, la grisaille flirte avec l’azur. Pendant ce temps, la maladie copine avec la santé et la mort fait de l’œil à la vie. Mais en attendant, on peut se faire dorer la pilule au pôle Nord.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s