Eloge de la névrose / Leslie Plée. – Paris : Ed. Delcourt, DL. 2015.

nevroses-preview

Leslie Plée dessine les petites névroses du quotidien. Elles sont roses, bleues, vertes, drôles et aimables. Elle décline une dizaine de syndrômes sous forme d’anedoctes rigolotes dans lesquelles on se reconnaîtra (ou pas). Lire cette BD, c’est 100 fois mieux qu’une thérapie puisqu’on ne nous demande pas de « traiter » les névroses. On nous incite plutôt à les accepter. C’est comme les angoisses, ça sert à rien de les secouer comme une bouteille d’origina car de toutes façons, la pulpe, elle reste en bas. En plus, elles sont sado-maso et elles adorent ça. Hum…

« Syndrome de l’adultisme » : pas la peine de vouloir être adulte tout de suite et de se forcer à manger des légumes ou de culpabiliser parce qu’on ne paye pas d’impôts. Le jour viendra bien assez tôt où les endives vous demanderont votre numéro de télédéclarant. « Syndrome de la personne normale » : pourquoi vouloir être normal(e) et penser que vos phobies font de vous une personne anormale ? Ecoutez plutôt vos phobies, elles ont surement un truc à vous dire… Enfin, si vous aimez votre zone de confort, que vous avez peur de l’avion et que vous n’aimez pas les voyages, bref que vous êtes atteints du « Syndrome de Paris » et ben euh… restez chez vous avec votre chat Michel à vous empiffrer de cochonneries devant vos séries favorites.

Leslie Plée va parfois très loin et nous emmène dans un univers complètement délirant où les endives et les chats parlent pendant que des hommes de cro-magnons essaient d’arrêter les baies empoisonnées (allégorie des narco-dépendants). Le vulgaire y tient une place légitime et dans le « Syndrome des règles bleues », on finit vraiment par se demander pourquoi il n’y a que des pénis dessinés sur les murs et jamais des vagins. Et oui, la question se pose. On se dit que quand ça sera le cas, la parité aura peut-être pointé le bout de s… son nez. Bref, on s’interroge, on philosophe.

La BD est juste, drôle, fraîche, certainement aquarellées avec larmes de joies provoquées par une crise de rire hystéro. Ça fait du bien. 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s