Marry Grave, Hidenori Yamaji (Kana, 2019)

marry-grave-1-kana

Voici une petite perle noire née en 2017 au Japon et publiée en France en 2019. Hidenori Yamaji nous livre une histoire d’amour macabre dans un monde envahi par les ténèbres. Orcs, gobelins et autres démons féroces ont laissé une terre désolée. Seules quelques poches de survie humaines ou féeriques subsistent, protégées par un voile de magie.

marry-grave-yamaji-780x413

Sawyer Riseman erre au sein de cet univers dévasté, portant sur son dos le cercueil contenant la dépouille de sa tendre épouse Rosalie. Il arpente ces contrées infernales à la recherche des ingrédients qui lui permettront de ramener Rosalie à la vie. Mais la « Recette de l’homme mort » nécessite beaucoup d’éléments et la quête s’annonce longue, très longue. Ce qui fait la particularité de cette quête, c’est que Sawyer va se rendre compte qu’il marche sur les pas de sa défunte épouse. En effet, celle-ci avait déjà ressuscité son mari quelques années plutôt, y laissant la vie. C’est donc une double quête alternant passé et présent, points de vue des deux époux maudits, personnages témoins de leur amour funéraire et immortel. Sawyer est en fait un mort-vivant au coeur brisé, perdu dans les limbes d’un mariage funeste. Plus rien n’a de sens si ce n’est sa quête. Dans son aventure, il rencontrera des personnages tout aussi esseulés comme Teezeret, la petite fille de la forêt qui utilise un démon pour maintenir l’illusion de ses parents en vie. Ou encore la Dark Fairy qui a fait le choix de l’isolement pour s’éviter des souffrances insupportables.

mari-glave-visual-2

Une histoire aux accents shakespeariens, où l’amour pique telle une rose. Une aventure gothique dans un décors sépulcral, où la mort et le deuil y sont les pires ennemis. Une quête mélancolique où la solitude guette tous les personnages abandonnés dans un désert de noirceur. Une errance élégiaque au sein d’un monde-tombeau servi par un graphisme lugubre plus que réussi, où les êtres sont prisonniers de l’éternité et où coule le sang de la séparation. Pourtant, Sawyer ne manque pas d’humour et une lueur d’espoir scintille lorsqu’on découvre Fairy Land où des amitiés se tissent dès ce premier tome très prometteur.

Une aventure romantique et mortuaire, une lutte épique et passionnée de l’amour contre la mort. Un bijou du 9è art tout droit sorti des ténèbres. A suivre.

marry_grave_1021914

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s