Simili-Love, Antoine Jaquier (Au Diable Vauvert, 2019)

sombre-futur-numerique

Avec Simili-Love, Antoine Jaquier nous projette dans un futur dystopique peu original mais d’une plausibilité effrayante : depuis le Blade Runner de 1982, beaucoup d’eau polluée a coulé sous les ponts.

Héritiers de Rachel, la séduisante réplicante de Blade Runner, les androïdes de 2040 ont tous réussi haut la main le test de Voight-Kampff et sont en train de développer sentiments et empathie. Car à force de feindre l’amour, on finit par y croire… Simili-Love. Ajoutez à ces androïdes l’accès complet à toutes vos données personnelles et vous aurez une intelligence artificielle capable de vous aimer plus que quiconque, de satisfaire vos désirs et besoins, d’anticiper vos réactions et de comprendre vos pensées et sentiments les plus profonds. Bienvenue dans l’après 2040. « Foogle » a rendu public le Big Data, recensé toutes vos conversations par mail ou sms, tous vos achats sur le net, tous vos déplacements grâce à la géolocalisation active, tous vos goûts et désirs à travers vos likes et notations étoilées ainsi que vos historiques de recherche. Foogle sait tout de vous et ses algorithmes vous connaissent mieux que vos proches et vous-mêmes.

C’est ainsi que Maxime est tombé éperdument amoureux de Jane, l’androïde parfaite produite par Foogle, l’âme-sœur (car l’âme n’est que « le résidu d’un système d’algorithmes en action ») qui le connaît mieux que personne. Ecrivain de profession, Maxime est devenu scénariste pour « Fluxnet ». Pour son travail, il se déplace sur une île paradisiaque où les séries Fluxnet à rallonge sont tournées. On y trouve des villas de luxe, des élites richissimes, des actrices simili-sublimes et des faux requins (Parce que le sexe, la violence et le sang sur Fluxnet, ça plaît…). Après la « Grande Lumière », période marquant la transformation des individus en dossiers accessibles par tous, les gens se sont isolés dans des boîtes à chaussures, coupés de tous liens (taux de divorce flamboyant) et ont refait leur vie avec des androïdes. La société a été divisée en Elites (5%), Désignés (25%), Inutiles (70%). La croissance a été relancée car Elites et Désignés consomment beaucoup, la solitude étant créatrice de besoins. Ces deux classes sont droguées au «Soma». Maxime est un Désigné et il en a tellement pris qu’il en a oublié sa femme et son fils, relégués au rang d’Inutiles. Mais où sont passés les Inutiles bannis du système ? C’est Jane, son androïde obsolète et bientôt remplacée par un modèle d’A2 dénué d’empathie, qui finira par le pousser à chercher son fils…

Simili-Love est un roman d’anticipation qui résonne beaucoup trop fort avec l’actualité pour laisser la conscience tranquille. On s’interroge sur notre capacité à résister et on craint la déshumanisation. Quand on voyage en 2060, on ne peut s’empêcher de penser que l’accusation utopiste n’est rien de plus qu’un argument ultra-libéral, que la question n’est pas de savoir si un autre modèle est possible mais de savoir quel est le modèle qui pourrait empêcher l’extinction de l’humanité. Puis nos oeillères et addictions numériques prennent vite le dessus. Penser est devenu fastidieux. Le roman d’Antoine Jaquier nous y invite.

« Cogiter sans cesse est épuisant et Foogle est passé maître dans l’art de nous forcer à réfléchir à des trucs inutiles. Réfléchir n’est pas penser. Réfléchir c’est calculer et recalculer. S’enfermer dans des sphères mentales, se croire intelligent et se convaincre soi-même d’avoir tout juste. Nous en étions venus à le faire du réveil au coucher dans des domaines sans importance, et nous y soumettre nous empêchait simplement de penser. Nous focalisions sur un spectacle fascinant qui nous faisait oublier que nous étions des êtres de chair et de sang.

Penser c’est différent – ça demande du temps libre. Penser c’est poser des questions sans s’acharner à y répondre. Laisser quelque chose en suspens jusqu’au moment où la solution jaillit, de ce que je suis, de ce que je fais, et de la nature qui m’entoure ».

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s