Les roses fauves, Carole Martinez (Gallimard, 2020)

Carole Martinez tisse une histoire d’hérédité d’une beauté à fendre le coeur. Sommes-nous écrits par ceux qui nous ont précédés ? Bien sûr que oui. La vraie question est de savoir comment faire pour se débarrasser des fantômes de nos aïeux.

L’auteure nous emmène en Bretagne, terre fertile en merveilleux, et nous fait rencontrer Lola. Lola travaille à la poste. Lola jardine. Lola vit seule. Lola est parfaitement heureuse. Et puis, Lola boîte. Petite, son beau-père lui a soufflé dans l’oreille qu’elle ne serait jamais désirée. Lola, c’est le diminutif de « Dolores », « Douleur ». Dolores, c’est aussi le prénom de sa mère, de sa grand-mère, de son arrière grand-mère… Dans une armoire de noces, Lola conserve tous les coeurs cousus de ses aïeules. C’est la tradition espagnole. Au soir de leur vie, les femmes écrivent leurs secrets sur des bouts de papiers qu’elles enferment à l’intérieur d’un coussin en forme de coeur. Puis elles le transmettent à leurs filles aînées qui ont interdiction formelle de l’ouvrir.

Un jour, un vent souffle sur la nuque de Lola. Est-elle heureuse ou simplement en sécurité ? Et puis il y a cette écrivaine qui vient d’arriver au village. Lola déteste les romans. Elle préfère les biographies, les vraies vies. Pas les vies brodées, inventées, imaginées. Pourtant, c’est cette écrivaine, la narratrice, qui va la pousser à semer les graines du merveilleux. Elle va tirer le fil de la pelote ancestrale et dérouler les histoires des aïeules. On se perd dans les récits. On confond les destinées, les noms, les personnages. Pourtant, un fil rouge : la douleur, les histoires d’amour tragiques, les amants perdus. Les roses rouges de la passion. Puis la fanaison. Les roses fauves de la mort. Lola va-t-elle réussir à briser la malédiction familiale ? Après avoir rompu la tradition, ouvert les coeurs et les histoires, il faudrait s’autoriser à rêver et écrire le roman de sa vie.

Conteuse exceptionnelle aux doigts de fée, Carole Martinez file la métaphore des roses avec un talent inouï et brode un récit parfumé de réalisme magique et de poésie florale. Son style est un gigantesque roncier féérique et merveilleux. Ses histoires sont invasives et bouturables à l’infini. Aussi invasives qu’une floraison de roses d’amour aux épines mortelles. Aussi invasives qu’un ancêtre qui nous hante et nous étouffe d’amour. Elles se sèment, poussent dans tous les sens, s’épanouissent, s’embellissent, envahissent et embaument complètement les jardins de nos esprits.

Les roses fauves, c’est un récit merveilleux de filiation et d’émancipation familiale, de transmission rouge et fauve. Une fable aux arômes puissants, où la fantaisie florissante est porteuse de vérité. Un conte de fées renversé et renversant où les femmes se libèrent d’elle-mêmes.

Piensa en mi, Luz Casal

4 réflexions sur “Les roses fauves, Carole Martinez (Gallimard, 2020)

  1. Toujours un plaisir 🙂
    Mon premier de cette auteure également mais je suis comme vous, l’empreinte des contes de fée m’a séduite, tout comme le style. Le domaine des murmures est le titre qui est le plus revenu dans les conseils que l’on l’a fait… à voir ! Bonne lecture en tout cas et bonne journée 🙂

    Aimé par 1 personne

  2. Merci pour votre commentaire. Et grand merci pour votre soutien quotidien… Et oui, complètement d’accord avec vous : il est très foisonnant et l’on peut vite se perdre dans la forêt broussailleuse et les ronces des récits qui s’entremêlent et se multiplient 😉 Je l’ai ressenti aussi. Toutefois, je n’avais jamais lu Carole Martinez mais j’ai vraiment accroché. Le style me parle. Ses personnages, ses fantômes, ses thèmes et la façon de les traiter par le biais du merveilleux… tout ça me parle aussi. C’est peut-être que je suis très sensible aux univers de contes de fées et à leurs détournements. Du coup, je suis en train de lire Le Domaine des Murmures 🙂 Bonne soirée à vous 🙂

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s