Broadway, Fabrice Caro (Gallimard, 2020)

On m’avait vendu ce livre comme quelque chose d’hilarant et tordant, me rapportant l’anecdote d’une voisine de train morte de rire. Alors oui, c’est drôle. Certes. Mais le rire grince pas mal quand même. Broadway nous entraîne dans une aventure intérieure tragi-comique qui invite à se questionner sur « la fuite du temps et l’exaltation des sentiments » (c’est bon je les ai placés, j’aurais une bonne note 😉 ).

Tout commence avec la réception d’une enveloppe bleue pour le dépistage du cancer colorectal. Problème : Axel n’a que 46 ans et non 50. Un élément perturbateur de taille, qui va entraîner le narrateur dans une série de péripéties intérieures complètement rocambolesques. A partir de là, se pose pour lui la question du sens de la vie. Et merde. Tel Atlas supportant le monde, Axel se rend compte que depuis des années, il subit sa vie sans jamais oser dire non. Non aux voisins retraités qui ont instauré la règle de l’apéro tous les 3 mois, non au whisky déguelasse, non aux amis de sa femme qui les ont invités à faire du paddle à Biarritz, non à son fils qui réalise des dessins porno de ses profs, non à son collègue qui drague les nanas en leur parlant des origines du Sida, non au spectacle de fin d’année de sa fille…

Fabcaro nous embarque sur 200 pages de monologue introspectif qui défilent comme des saynètes de bandes dessinées enchaînant les comiques de situation. Il nous fait voyager en Absurdie, dans la tête d’un anti-héros qui se fait des films. Axel se fantasme une vie parallèle aventureuse, loin de sa petite vie bourgeoise étriquée, loin de son lotissement où toutes les maisons et toutes les vies se ressemblent, loin de sa vie professionnelle faite de contrats, loin de ses responsabilités de mari et de père. On suit les pensées digressives et délirantes d’un homme qui voudrait juste mettre sa vie sur pause, larguer les amarres, rouler sur des km sans bien savoir où. Alors oui on est mort de rire face à ce personnage qui n’en rate pas une et l’humour reflète cette distanciation propre au héros et aux écrits de Fabcaro. Mais surtout, il nous raconte l’histoire d’un homme prenant conscience qu’il n’est que le spectateur de sa vie et non l’acteur. Un homme décalé, inadapté, peu à l’aise avec les conventions sociales. Un homme qui ne pourra jamais se fendre la poire dans un karaoké et dont la vie a la saveur d’un kinder surprise : décevante quand on ouvre la capsule orange. C’était donc ça ? C’est tout ? Une batterie et une jeunesse dans le garage ? Une comédie musicale foireuse ? Faire du paddle à Biarritz, sinon ta vie n’est pas complète ? Bref, la loose.

On peut en rire et en sourire et on s’y reconnaîtra sûrement. On peut aussi lire ce roman comme une invitation à « mettre le doigt dans l’oreille de la vie ». L’auteur de bandes dessinées « ne sait pas que être drôle » et ses romans dessinent une philosophie à l’humour noir qui interrogent l’existence, en la regardant de loin.

J’ajoute de ce pas Le Discours à ma Pile A Lire.

« Rien ne ressemble jamais à ce qu’on avait espéré, rien ne se passe jamais comme on l’avait prévu, le résultat est toujours à des années-lumières de ce qu’on avait projeté, nous sommes tous dans une comédie musicale de spectacle de fin d’année, dans un Broadway un peu raté, un peu bancal, on se rêvait brillants, scintillants, emportés, et on se roule les uns sur les autres, et nos coudes dans nos bouches et nos cuisses entremêlées et nos diadèmes qui tombent sur nos yeux, et on s’extrait de son corps, on se regarde, impuissants et résignés, et on se dit : C’est donc ça la réalité. Tout est foireux par essence, mais on continue de se persuader qu’atteindre son but est la règle et non l’exception ».

Ils en parlent aussi :

https://collectiondelivres.wordpress.com/2020/09/02/broadway/

http://doucettement.over-blog.com/2020/11/broadway-de-fabrice-caro.html

https://joellebooks.fr/2020/12/11/broadway-fabrice-caro/

https://magicorangeplasticbird.com/2020/12/24/broadway/

https://borntobealivre.com/2020/10/25/broadway-de-fabcaro/

http://leslivresdejoelle.blogspot.com/2020/09/broadway-de-fabrice-caro.html

https://cannibaleslecteurs.com/2020/10/20/broadway-de-fabrice-caro/

http://shangols.canalblog.com/archives/2020/08/28/38501802.html

https://auxbouquinsgarnis.wordpress.com/2020/12/12/broadway-fabrice-caro/

http://casentlebook.fr/broadway-caro/

https://vagabondageautourdesoi.com/2020/12/24/fabrice-caro/

https://www.paperblog.fr/9173898/broadway-de-fabcaro/

http://lesfanasdelivres.canalblog.com/archives/2021/01/13/38751396.html

https://lesjolismotsdeclem.com/2020/09/03/brodway-fabrice-caro/

http://yaourtlivres.canalblog.com/archives/2020/09/06/38493997.html

http://lireaulit.blogspot.com/2020/09/broadway-de-fabrice-caro.html

http://www.levoyagedelola.com/2020/10/14/lola-lit-broadway-%E2%99%A5/

https://tourneurdepages.wordpress.com/2020/11/13/broadway/

https://mesptitslus.com/tag/fabcaro/

http://lebanquetdesmots.canalblog.com/archives/2020/10/03/38567696.html

http://sansconnivence.blogspot.com/2020/10/broadway-de-fabrice-caro.html

http://notre-jardin-des-livres.over-blog.com/2020/08/fabrice-caro-broadway.html

https://folitteraires.wordpress.com/2020/08/18/broadway-fabrice-caro-sp/

https://kittylamouette.blogspot.com/2020/09/broadway.html

2 réflexions sur “Broadway, Fabrice Caro (Gallimard, 2020)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s