Miss Charity, Marie-Aude Murail (L’école des loisirs, 2008)

« Elle est folle. Elle récite du Shakespeare au milieu de tout un ramassis de bestioles ! »

« Maman était de ces personnes, nombreuses à l’époque (je suis née en 1870), pour qui un enfant pouvait à la rigueur être vu, mais jamais entendu ».

C’est la bande dessinée publiée récemment qui m’a donnée envie de découvrir ce livre. Miss Charity coule encore dans mon esprit comme un lavis d’aquarelle sur une feuille blanche. On m’a souvent posé cette question (le genre de question que j’ai toujours trouvée un peu idiote) : si vous étiez coincée sur une île déserte, quel livre souhaiteriez-vous avoir ? Miss Charity serait un bon candidat. Il fait parti de ces livres rassurants et formateurs qui auraient pu m’accompagner à 15 ans, entre deux sœurs Brontë, une Jane Austen, une Louisa May Alcott et une Lucy Maud Montgomery.

Marie-Aude Murail brosse un portrait de femme artiste au XIXè siècle, librement inspiré de la vie de Beatrix Potter. C’est la naissance d’une autrice et illustratrice jeunesse qui nous est racontée. C’est aussi le combat d’une femme pour son indépendance économique, sa liberté artistique, intellectuelle et sentimentale. Dans un siècle où règne la rigidité des valeurs bourgeoises et religieuses, dans une époque où les récits pour enfants doivent répondre à la règle des 3 B (le Beau, le Bien, le Bon), Miss Charity et son petit grain de folie vont devoir se faire une place. Depuis toute petite, elle préfère adopter les lapins, les crapauds, les souris et toutes sortes de bestioles plutôt que de participer à l’heure du thé où toute jeune demoiselle digne de ce nom doit montrer ses talents. Le piano, non merci. Le chant, catastrophe. Les langues étrangères, quel intérêt ? Mais l’aquarelle pour représenter les animaux et la vie, ça oui. Car ils sont la Vie. L’anticonformisme de Miss Charity est des plus charmants. Pourtant, la bonne société la perçoit comme une « simple d’esprit » promise au destin de « vieille fille ». Alors elle se réfugie dans la nursery, avec ses bestioles, et prend le chemin de la solitude créatrice. C’est donc l’itinéraire d’une fille étrange, originale et hors normes, qui nous est tracé sur ces quelques 500 pages de bonheur stylistique. Car la langue est d’époque, très fluide sous la plume de Marie-Aude Murail, aiguisée et ironique comme celle de Jane Austen, théâtrale et romantique comme celle de Shakespeare.

On se promène dans l’imaginaire d’une petite fille endeuillée qui s’ennuie ferme dans la société victorienne corsetée. On se ballade dans une aquarelle aux reflets verdoyants et aux rivières miroitantes. Les saules pleurent, les grenouillent coassent, les saisons scintillent, les coeurs vibrent et la Vie grouille. Pendant ce temps, Oscar Wilde bouscule les mœurs et choque les spectateurs des théâtres londoniens. Et tout doucement, mue par la puissance de l’imaginaire et la persévérance d’une fille sensible aux mèches folles, une petite voix commence à se faire entendre : celle de l’enfance que l’on a trop muselée et qui a tant à nous apprendre.

Marie-Aude Murail y va par petites touches, accompagnée par les jolies aquarelles de Philippe Dumas. Elle laisse des zones blanches pour refléter toutes les subtilités de l’âme humaine, que ce soit par le biais de Charity Tiddler ou par celui des personnages secondaires tout aussi travaillés (la folie de sa bonne Tabitha, la bienveillance de sa gouvernante Blanche, l’austérité de sa mère, le talentueux et espiègle Mr Ashley tout aussi anticonformiste <3… ). Son écriture est aussi fine qu’un trait d’encre de chine, sa plume impressionniste nous émeut, sa palette psychologique est aussi nuancée que juste, son style tendre et pastel s’incruste dans nos coeurs. Lorsqu’on referme Miss Charity, on pleure parce qu’on était bien, comme si le réel venait nous arracher à nos rêves les plus doux.

=> Chat + tasse de thé + plaid = obligatoires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s