Liv Maria, Julia Kerninon (L’Iconoclaste, 2020)

« Et dans ma clairière, je vivrai seule »

Liv Maria est une fille de l’eau. Née sur une île bretonne, d’un père nordique et d’une femme bretonne, elle est prédestinée au voyage. Suite à une agression sexuelle, sa mère l’envoie chez sa tante à Berlin. Elle reviendra femme, sensuelle et brisée, pour enterrer ses parents. Dès lors, elle n’aura de cesse de partir…

Julia Kerninon livre un roman sur l’identité fluctuante, la personnalité oscillante, la multiplicité des vies que l’on mène. Sa plume nous transporte à bord d’un récit chaud et humide, sensuel et océanique. Dans un style rythmé comme le déferlement des vagues, elle déploie toutes les facettes d’une femme libre qui se laisse guider par les odeurs, les saveurs, les émotions, la beauté du monde et le chant des sirènes. Sa Liv Maria n’a pas une vie mais plusieurs. Il n’y a pas une Liv Maria mais plusieurs. Son héroïne voyage sur son propre moi, accostant sur les divers îlots de sa vie, traversant les tempêtes de l’existence avec audace et sans concessions. La ville de Berlin, les îles bretonnes, l’Amérique du Sud, l’Irlande. Elle sera tantôt une étudiante florissante, tantôt une héritière tenant le café de ses parents, tantôt « una chica » vendant hôtels ou chevaux, tantôt épouse et mère. Elle se perdra en terre étrangère, jusqu’à frôler de peu la tétraplégie, lâchée trop brutalement par des hommes indignes d’elle. Elle se noiera au plus profond d’elle-même mais refera toujours surface. Hors des sentiers battus de la terre, elle voguera sur une mer déchaînée, de personnalités en personnalités, de vies en vies, d’éléments en éléments. Fille de feu, de soleil, ou de terre, on ne sait plus. Fille de l’eau, c’est sûr. Sa vie nous semblera décousue, irréelle, vertigineuse, terrifiante de liberté. Fuyante, fugace et fugitive, elle oscillera sur les océans de son âme en quête d’un foyer qui ne rime ni avec sédentarité ni avec stabilité. Son foyer c’est la liberté. C’est le départ. Pourtant, telle une héroïne de tragédie grecque voulant échapper à un destin tout tracé, elle sera rattrapée par son passé, prisonnière de sa liberté et d’un secret bien trop lourd. Est-ce elle-même qu’elle aura tenté de fuir ou bien la vie dans tout ce qu’elle a de plus prosaïque et étriqué ?

Liv Maria navigue sur le fleuve de sa vie, ballottée d’un pays à l’autre, vacillant d’une expérience à l’autre, chavirant entre ses amants, flottant au grès des sentiments, se transformant d’une embarcation à l’autre. Chancelante et ondoyante, elle refuse d’échouer comme les baleines sur la plage d’une vie consensuelle. Comme son nom nordique l’indique, « Liv »Maria vit et se laisse porter par les flots de l’existence, aussi dangereux soient-ils. Tout ancrage serein semble impossible. Ce serait se mentir à elle-même et au monde. Au plus loin d’elle-même, elle est au plus près. Au plus loin de chez elle, elle est chez elle, totalement emportée par les flots de l’odyssée détournée de sa vie.

Un roman vivifiant mais parfois effrayant. A travers le portrait vaporeux d’une femme protéiforme et énigmatique, Julia Kerninon nous embarque dans un récit de vies qui nous met face au vertige de la liberté et de l’illusion identitaire. De quoi avoir le mal de mer.

« Que je me lève et je parte, que je parte pour Innisfree,
Que je me bâtisse là une hutte, faite d’argile et de joncs.
J’aurai neuf rangs de haricots, j’aurai une ruche
Et dans ma clairière je vivrai seul, devenu le bruit des abeilles.

Et là j’aurai quelque paix car goutte à goutte la paix retombe
Des brumes du matin sur l’herbe où le grillon chante,
Et là minuit n’est qu’une lueur et midi est un rayon rouge
Et d’ailes de passereaux déborde le ciel du soir.

Que je me lève et je parte, car nuit et jour
J’entends clapoter l’eau paisible contre la rive.
Vais-je sur la grand route ou le pavé incolore,
Je l’entends dans l’âme du cœur. »

W. B. YEATS

Ils en parlent aussi :

https://lu-cieandco.blogspot.com/2020/12/on-voudrait-tous-connaitre-une-liv-maria.html

https://leschroniquesdekoryfee.wordpress.com/2020/12/31/liv-maria-julia-kerninon/

https://collectiondelivres.wordpress.com/2020/08/21/liv-maria/

http://notre-jardin-des-livres.over-blog.com/2021/02/julia-kerninon-liv-maria.html

http://www.motspourmots.fr/2020/08/liv-maria-julia-kerninon.html

Liv Maria

https://monpetitcarnetdelecture.over-blog.com/2020/12/liv-maria-julia-kerninon.html

http://nathdelaude.canalblog.com/archives/2020/08/25/38482573.html

https://nathavh49.blogspot.com/2021/01/liv-maria-julia-kerninon.html

http://l-or-des-livres-blog-de-critique-litteraire.over-blog.com/2020/07/liv-maria-de-julia-kerninon.html

https://lesmotsdelafin.wordpress.com/2020/09/26/liv-maria-julia-kerninon/

https://mesptitslus.com/2021/01/13/liv-maria-julia-kerninon-liberte-cherie-je-suis-ton-nom/

https://www.paultian.fr/2020/09/du-cote-de-chez-jachri-liv-maria-de-julia-kerninon.html

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s