La Fille sur la lune, Terry Goodkind (Editions Bragelonne, 2019)

Terry-Goodkind-–-La-Fille-sur-la-Lune-2019

Terry Goodkind, auteur de la saga fantasy L’Epée de Vérité, livre ici un thriller captivant avec une héroïne envoûtante. Angela Constantine, serveuse la nuit et coursière le jour, possède un don : celui de reconnaître les tueurs de la pire espèce en un clin d’oeil.

Définitivement borderline, toute menue, ultra-sexy, blonde aux pointes rouge sang : la petite serveuse en mini-short est bien plus forte qu’elle ne paraît. Pourtant, notre héroïne n’a pas toujours été en position de se défendre. Elle a ramassé. Et ce depuis toute petite. De père inconnu et élevée par une mère camée, elle passe son enfance dans un mobil-home miteux à regarder sa mère se détruire à petit feu et se taper des dealers peu fréquentables. Pour la protéger, elle n’a que ses grands-parents et surtout son papy Vito qui va lui apprendre à taquiner la gâchette et le couteau. Le papy qu’on aurait tous rêvé d’avoir : celui qui serait capable de poser et croiser ses bottes sur le bureau de votre insignifiant petit proviseur de lycée incapable de faire la différence entre harceleurs et harcelés. Et on les aime ces bottes, dieu qu’on les aime.

Qui a lu un tout petit peu l’Epée de Vérité sait de quoi est capable Terry Goodkind en matière de violence. Ames sensibles s’abstenir. Certaines scènes peuvent heurter la sensibilité des plus jeunes. Mais si vous êtes un tant soit peu épris de justice voire révolté face à cette société bouffie de jurisprudence incompétente dans laquelle les pires raclures circulent impunément et en toute liberté, sachez que certaines scènes de violence peuvent vous faire du bien… beaucoup de bien. Angela Constantine a le don de repérer les tueurs. Elle ne sait pas pourquoi ni comment et pense qu’elle est certainement une erreur de la nature. Peu importe, ce qui est sûr c’est que les violeurs sadiques et les tueurs pervers n’auront pas intérêt à croiser ses yeux qui tuent sous peine de finir dans le grand trou de l’enfer. Angela Constantine, ange noir de la mort et de la vengeance, pour vous servir. Sauf que Vito n’a pas pu tout lui apprendre et qu’elle reste une fille bien seule dans un monde de mecs tarés.

Terry Goodkind nous plonge dans une intrigue haletante mêlant complots terroristes et vengeance personnelle tout en dénonçant l’injustice du système qu’ils soit judiciaire ou scolaire. Dans ce monde corrompu et violent, Angela Constantine apparaît comme une héroïne à la fois sombre et lumineuse, coursière d’une justice qui flirte avec la violence vengeresse. A la fois ange et démon, fille cachée de Dexter et Lisbeth Salender, ce personnage à la noirceur complexe séduit dès les premières pages. Le premier tome d’une série à suivre.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s